Les essences ULM et l’avitaillement

Les essences ULM et l’avitaillement

Quelle essence pour votre ULM ? SP95, SP98, 100LL, UL91 ?

Il existe de nombreux types de carburants utilisés en aviation légère. Voici ceux utilisés dans notre secteur.

Petit rappel sur la notion de l’essence « sans plomb » :

La présence de plomb dans le carburant comportait deux effets positifs :
l’augmentation de l’indice d’octane (permettant d’avoir de la puissance et des taux de compression élevés avec un auto-allumage raisonnable).
la protection des sièges et guides des soupapes d’admission.

L’essence sans plomb n’est pas aussi inoffensive que cela. Le plomb est remplacé par des additifs au potassium, au sodium, au phosphore, et autres …). Cette essence contient du benzène (composé oxygéné et cancérigène) dans une proportion bien supérieure à la plombée.
Comme elle est fort agressive vis-à-vis des anciens réservoirs et durites d’essences,
Il faudra absolument remplacer les durites essences, les joints de cuve de carburateur, etc., par des gommes modernes (URHETANE (Couleur Bleu ou mauve).
Le sans plomb, et tout particulièrement le 98 aux composants oxygénés, est destructeur pour les vieux caoutchoucs.
Il faut également vérifier le réservoir. Certains anciens modèles sont très sensible au benzène. Certains réservoirs en plastique ou en fibre de verre peuvent ne pas supporter cet additif.
Pour vous assurer de la réaction de votre réservoir, faire couler un peu d’essence sur ce dernier.
Si vous constatez qu’il devient collant ou poisseux MEFIANCE !
Rester très attentifs sur les réservoirs et les Durites.


Le sans Plomb 95 (SP95),

Ce carburant est moins corrosif et fonctionne bien avec tous les modèles 2 temps et sur les 4 temps de moins de 20 ans (ROTAX 912, BMW 1100, HKS 700e, JABIRU, VERNER, etc…).


Le sans Plomb 98 (SP98) 

Il est plus adapté aux moteurs ayant un très fort taux de compression qui avoisine ou dépasse 10 :1 (des additifs très volatils méthanol et éthanol, sont ajouté comme anti-détonnant). En effet dans ce type de moteurs, le 95 s’enflamme de lui-même par auto-allumage, reconnaissable aux cliquetis métalliques émis par le moteur.
Attention au fait que le SP98 se dégrade rapidement lors du stockage. Avec le temps, les composants se dissocient les uns des autres. rendant difficiles les démarrages espacés.  Elle occasionne également une élévation de la température moteur. Une machine remisée durant un mois est alors très difficile à démarrer. Il faudra alors vidanger votre réservoir. Cette essence convient également aux 4 temps de moins de 20 ans (ROTAX 912, BMW 1100, HKS 700e, JABIRU, VERNER, etc…).


L’AVGAS 100LL 

L’AVGAS 100LL est une essence aviation spécialement conçue pour les avions à moteur à pistons. C’est un mélange particulier à haut indice d’octane de couleur bleue. La propriété la plus importante pour le carburant destiné aux moteurs à pistons d’aéronef est la valeur du pouvoir antidétonant ou l’Indice d’Octane. 

Ici “100” représente l’Indice d’Octane Moteur (MON), l’Indice d’Octane Recherche (RON) utilisé pour qualifier les carburants terrestres comme SP98, s’élève lui à 130. “LL” est l’abréviation de “Low Lead”.

Les moteurs deux et quatre-temps modernes la supportent, mais s’en trouvent rapidement encrassés (mélange plomb-huile = dépôts calaminants et gommants).
Une utilisation occasionnelle est donc possible, mais pas habituelle.

L’AVGAS 100LL est identifiée dans les stations de distribution des aérodromes par son étiquette en lettres blanches sur fond rouge. Cette identification forte est destinée à éviter tout risque de confusion ou « misfuelling » avec l’AVGAS UL 91 et le JET A-1. De la même manière, les pistolets de distribution d’AVGAS sont peints en rouge.
Attention à votre porte monnaie, cette essence est hors de prix.


L’AVGAS UL91 

L’AVGAS UL 91 est une essence aviation sans plomb (UL est l’abréviation pour Unleaded = sans plomb) spécialement conçue pour les avions ultra-légers. 

L’AVGAS UL 91 est une essence, sans composés oxygénés dont l’éthanol, conçue pour préserver réservoirs et circuits de carburant. En effet, les alcools peuvent être nuisibles pour certains matériaux et présentent l’inconvénient de capter l’eau.

Son indice d’octane moteur MON est de 91 et est supérieur à celui des essences SP95 et SP98. Le MON (Motor Octane Number) reflète le comportement du carburant en cas d’utilisation à pleine puissance, comme c’est le cas au décollage en aviation.

L’AVGAS UL 91 est identifiée dans les stations de distribution des aérodromes par son étiquette en lettres blanches sur fond rouge entouré de vert.

Précautions particulières à prendre :

Mise en place avant l’avitaillement :

Je le rappelle même si cela semble évident, il est interdit de fumer et d’utiliser son portable dans la zone d’avitaillement.

Une aire d’avitaillement est marquée au sol. Cela signifie qu’il est interdit d’y entrer et de quitter cette zone moteur tournant. Il faut dans ce cas déplacer l’avion à la main, cela nous fait un peu d’activité physique.

Toujours relier l’avion à la terre via le câble adéquat.

Personne n’est autorisé à bord de l’avion pendant le remplissage des réservoirs.

Vérifiez scrupuleusement la quantité de carburant à rajouter, une erreur pourrait avoir d’importantes conséquences sur votre masse maximale autorisée au décollage.
Ne pas confondre litres et euros à l’affichage.

Refermez soigneusement les bouchons des réservoirs sans forcer, en veillant ce que rien ne soit tombé dans les réservoirs. Au moindre doute, il faut prévenir la maintenance, car vous risquez la panne sèche.

Dès que votre plein est réalisé, quitter la zone as soon as possible, en tirant l’avion à la main. Les checks et le démarrage du moteur sont assez long, pensez au prochain cela évite du stress inutile à tout le monde.

Contrôle du type de carburant lors de l’avitaillement :

Il est recommandé de vérifier la correspondance entre le type de carburant mentionné sur la trappe de l’avion et celle de la citerne, de la  pompe ou du camion.

Petit conseil : Vérifiez que le pistolet utilisé est bien relié à la pompe sélectionnée. 
La signalétique n’est pas toujours scrupuleusement respectée à la lettre. Prenez le temps de vérifier.

Lors de l’avitaillement, et particulièrement si vous ne remplissez pas vos réservoirs à un endroit familier, une erreur est vite arrivée et les conséquences peuvent s’avérer catastrophiques.

Contrôle du circuit carburant :

La présence d’impuretés dans l’essence est la principale cause de pannes. Pour éviter ces impuretés il faut agir à la source, car une fois dans vos réservoirs le risque est accru.

  • Filtrez toujours l’essence au remplissage de vos réservoirs.
  • L’huile et l’essence se dissocient avec le temps, mélangez soigneusement avant utilisation. (secouez vos réservoirs avant le décollage !)
  • Purgez vos réservoirs lors de la pré vol.
  • Vidangez vos réservoirs, après une longue période d’inactivité, obligatoire pour la SP98.
  • Si vous trouvez les durites en caoutchouc. molles ou poisseuses, ou si vous constatez que leur extrémité est grasse ou poisseuse, déposez les et vérifiez les à l’intérieur.
  • Si vous y voyez des particules noires dans vos filtres à carburant, il faut alors remplacer les durites ou la poire d’amorçage.
  • Les réservoirs en fibre de verre peuvent se dégrader. Si vous les trouvez poisseux, si vous constatez une couleur du carburant jaune anormale, il faut réagir.

Pour éviter le serrage du moteur, nettoyez le carburateur tous les mois, surtout si l’utilisation n’est pas régulière. Pour ce faire utilisez du solvant de nettoyage de carrossier.
Vérifiez régulièrement vos flotteurs de carburateurs. Donnez une attention particulière aux flotteurs de la marque Bing car ils se désintègrent.

Bons vols en toute sécurité

Piet